La cohérence pondérale

En 2008, j’ai publié mon premier livre “Maigrir par la Cohérence Cardiaque“. Le sujet de ce livre est toujours d’actualité.

Je viens d’effectuer une recherche sur un site de vente de livres à distance : j’ai cherché combien il y avait de livres en français dont le titre comprend le mot “maigrir”. Le résultat est apparu immédiatement : plus de 60 000 livres avec un mot clef : maigrir !

Autant dire que le thème est porteur d’intérêt mais le résultat de cette recherche peu porteur d’espoir. L’obésité et le surpoids grignotent régulièrement la part des autres phénomènes pathologiques mondiaux pour devenir un problème de santé majeur pour l’humanité.

J’ai fait une autre recherche ce matin,

  • Combien de personnes souffrent d’obésité dans le monde ? 800 millions ! 
  • Combien de personnes souffrent de faim dans le monde ? 800 millions !

Quelle tragique et douloureuse incohérence. Il est question de souffrance dans les deux cas.

Près de la moitié des français pensent que maigrir est seulement une question de volonté.

La régulation de notre poids, comme celle de tous les animaux et, en particulier celle de tous les vertébrés, se fait de façon automatique et involontaire par le système nerveux autonome. Le même système qui gère notre adaptation à l’environnement, la régulation de la température, notre digestion, notre fréquence cardiaque et respiratoire, nos cycles du sommeil. Tout ce qui est automatique dans notre corps est géré par ce système nerveux autonome. Le poids aussi. La part de la volonté est très limitée.

Bien sûr, on peut décider de manger plus, de manger moins, mais cet apport de la volonté a un impact limité. Comme on peut décider de respirer plus vite ou s’arrêter pendant quelques dizaines de secondes, après un certain temps, dans les deux cas, le système reprend le contrôle et repasse en mode automatique. Si le régulateur est déséquilibré, la régulation l’est également.

Le poids et le stress sont étroitement liés et interdépendants. La relation est connue et validée. C’est le plus grand perturbateur du régulateur.

Je ne dis pas qu’il ne faut plus croire ces 60000 livres, les conseils diététiques ou les nutritionnistes, c’est juste que le système de régulation doit aussi faire partie de la stratégie dès le départ.

La cohérence cardiaque a son rôle à jouer, elle agit directement sur le système nerveux autonome en apportant un recentrage et un renforcement de l’adaptabilité.

La cohérence cardiaque peut être une alliée de poids dans le combat vers la cohérence pondérale. Ça vaut vraiment le coup d’essayer.

Dr David O’Hare