Orthosympathique & activité musculaire

Orthosympathique, activité musculaire et cortisol

Question
Bonjour David, si j’ai bien compris, un travail musculaire très ou trop intense (par ex une séance de musculation) provoquera une augmentation de cortisol dans le corps.
Est-ce correct de dire que cet apport de cortisol va influencer le système nerveux autonome, « surcharger » le côté sympathique ? Et que cela apparaitra dans les mesures de VFC et Cohérence Cardiaque ?
Des séances de cohérence cardiaque pourraient-elles faciliter le retour à un équilibre du système nerveux autonome global ? Ou alors cet apport de cortisol sera traité (neutralisé ?) par d’autres instances physiologiques ou hormonales pour restaurer une homéostasie du système ?


Réponse de David O’Hare
Oui, tu as raison.
L’activité musculaire est déclenchée par et entretenue par une simulation sympathique, d’abord par l’adrénaline, puis avec la mise en action du cortisol si l’activité se prolonge ou est particulièrement intense.
Le corps va se mettre à sécréter des endorphines (parasympathiques) pour tenter de revenir à l’équilibre, la relaxation musculaire et la réparation.
La pratique de la cohérence cardiaque favorisera un retour à l’équilibre, la récupération, la réparation si nécessaire et la restitution de l’énergie.
Oui, encore, cela apparaitra dans les mesures de la VFC.

Laisser un commentaire

Panier
Retour haut de page