Dormir, tout simplement

L’insomnie est définie comme la perception subjective d’une difficulté d’induction, de durée, de consolidation ou de qualité du sommeil, elle survient malgré une opportunité suffisante de sommeil, et entraîne une certaine forme de perturbation dans la journée.

Selon les études et les critères choisis, l’insomnie est présente en moyenne chez un tiers de la population.

Il serait présomptueux pour moi de présenter dans un article de blog toutes les causes, manifestations, classifications ou conséquences de ce problème de santé qui affecte autant de personnes.

Les solutions proposées sont multiples : relaxation, thérapies cognitives et comportementales, approches traditionnelles, anxiolytiques et hypnotiques, objets connectés. Les résultats sont rarement à la hauteur des espérances.

L’insomnie et, en particulier, les difficultés d’endormissement sont liées à un déséquilibre au niveau de notre système d’adaptation : le système nerveux autonome. Le stress et les conditions de notre vie diurne bloquent ce système en mode “fuite et combat” avec sécrétion de cortisol, l’hormone du stress. Cette hormone vitale de survie et d’action est produite en excès en situation de stress, de souci, de ruminations, il s’agit plutôt d’une hormone diurne : indispensable le jour mais néfaste la nuit. 

Dans un monde physiologique idéal, la nuit serait réservée au repos, la relaxation, la restauration, la réparation autant de re-quelquechose pour récupérer de la journée et préparer la suivante.

Mais le cortisol, hormone du combattant, empêche de dormir et, c’est son rôle le jour et son défaut la nuit. Le cortisol est lent à s’éliminer, tout excès dans la journée ou réactivation le soir nous garderont éveillés comme au grand jour.

La pratique de la cohérence cardiaque peut aider. Elle recentre et équilibre le système nerveux autonome au moyen d’exercices respiratoires simples. Son effet sur l’excédent de cortisol a été documenté.

Je recommande toujours de mettre en place la pratique quotidienne de type 365, c’est la base de toute pratique :

  • Trois fois par jour
  • Six respirations par minute
  • Pendant 5 minutes

Commencer au lever puis toutes les quatre heures environ.

Et, pour les difficultés d’endormissement,  je propose d’ajouter une quatrième séance le soir, avant de se coucher, il est même possible de prolonger cette séance jusqu’à dix minutes.

Quel est le risque ? Néant.

Quel est le coût ? Idem.

Quel est le résultat ? Souvent une belle constatation.

Depuis près de vingt ans que je m’intéresse à la cohérence cardiaque et que je recommande ce protocole tout simple, j’ai constaté que le premier effet observé et mentionné par mes patients c’est “je dors mieux”.

Voulez-vous mieux dormir tout simplement ? Alors pratiquez la cohérence cardiaque.